Les Voiles d’Antibes : De bons résultats, qui viennent de loin

8 juin 2018

Bilan très positif pour la voilerie Incidence à l’issue de l’édition 2018 des Voiles d’Antibes. Les jeux de voiles réalisés cette saison pour Moonbeam IV, Comet et Sunshine et ceux conçus l’an dernier ou antérieurement pour Moonbeam III, Viola, Eva, Jour de fête… ont pleinement satisfaits leurs équipages. Les gains en cap, en vitesse sont avérés, pas ou peu de retouches à faire : le résultat d’un travail de terrain, de longue haleine.

 

« Moonbeam IV a beaucoup gagné en cap et en vitesse. Ils sont très contents », commente Fabrice Hudelot, en charge des Yachts Classiques chez Incidence.

Même satisfaction pour l’équipage de Comet, à l’aise en vitesse. Ils ont mené toute la course en Epoque Marconi B et ne cèdent leur leadership que sur le dernier bord, de la dernière journée… Le jeu de la régate. « Il n’y a rien à retoucher sur les voiles. Et d’autres ont été commandées afin de parfaire encore la garde-robe de ce yawl bermudien », précise Fabrice.

Jour de fête, équipé en majorité de voiles Incidence, monte, lui aussi, sur la 2e marche du podium de sa catégorie (Epoque marconi B). Très belle performance également de l’équipage d’Eva qui l‘emporte en Epoque Aurique.

 

Observer, naviguer, analyser, mesurer

Cette efficacité, cette élégance viennent de loin. « Il faut travailler au moins une saison sur un dossier pour aboutir à un bon résultat », souligne Fabrice Hudelot. « En yacht classique, on part en effet à chaque fois d’une page blanche.

On ne peut pas s’appuyer sur des calculs d’architectes précis et fiables comme on le fait pour un Ulitme ou un Imoca. Là, il faut observer, naviguer, analyser, mesurer.

Pour Moonbeam comme pour Comet, j’ai passé au moins une demie saison à bord (2 à 3 régates, des entrainements). Une fois cette étude de fond réalisée, on peut préparer le cahier des charges pour le bureau d’études et ensuite, on fait tourner nos logiciels.

Sortir directement des calculs standard serait voué à l’échec pour ce type de bateau. Pour Moonbeam nous avons même fait un peu évoluer le plan de pont… »

 

« Le service et l’accompagnement sont des priorités pour nous », confirme Philippe Touët, directeur commercial d’Incidence. « Toute l’équipe est très attentive à cela. »

Des polaires, pour une utilisation optimale des voiles

L’équipe Incidence va même aller plus loin et proposer des polaires aux skippers et armateurs des bateaux qu’elle aura équipés. Pour chaque condition de vent et de mer, l’équipage disposera ainsi de la combinaison de voiles idéale et des réglages qui permettront d’exploiter au mieux leur garde-robe tout en évitant des efforts inutiles à leurs gréements.