Paroles de skippers

2 nov. 2017

Paroles de skippers
L’écoute, l’échange, c’est précieux et constructif

« Au-delà du niveau de performance des voiles, il y a aussi l’écoute, l’échange : c’est précieux et constructif », Lalou Roucayrol, skipper du Multi 50 Arkema et fidèle coureur de la voilerie Incidence. Un pôle course au large est en effet en place au cœur de la 1ère voilerie française, afin de mieux répondre aux attentes des skippers et de leurs équipes. Incidence sera d’ailleurs bien représentée dans les 4 classes au départ de la Transat Jacques Vabre, le 5 novembre prochain, au Havre.

Incidence travaille depuis toujours avec les coureurs au large : des collaborations basées sur l’écoute et l’échange, pour performer.
Les dessinateurs et techniciens de la voilerie Incidence sont eux aussi des coureurs. La recherche de performance est leur moteur. Lorsqu’une collaboration s’engage avec un skipper, ils sont déjà dans la course. Chaque voile est faite sur mesure, en relation étroite avec le coureur et son équipe. Elle est affinée, optimisée après les premiers tests et un véritable débriefe est ensuite réalisé avec le coureur à l’issue de chaque course.

De ces échanges nait une véritable confiance. Tout le monde est engagé, avec le même objectif de performance.
« C’est une voilerie à échelle humaine qui s’engage et qui ose. Tout le monde s’y retrouve : nous, coureurs, avec des voiles performantes que l’on peut faire évoluer, et la voilerie avec les retours d’expérience que nous pouvons apporter », Lalou Roucayrol, skipper du Multi 50 Arkema.
« J’ai attendu qu’Incidence sorte le DFi pour retravailler avec la voilerie, et ça se passe très bien. » Lionel Lemonchois, skipper du Maxi 80 Prince de Bretagne.
« Mon interlocuteur principal c’est Ronan (Ronan Floch, dessinateur du BE de Brest, ndlr), je travaillais déjà avec lui quand je courais en Figaro Bénéteau, ça a logiquement continué en IMOCA. Depuis le lancement du programme avec SMA, on fait évoluer les voiles progressivement. » Paul Meilhat, skipper de l’IMOCA60 SMA.
« Le travail réalisé, aussi bien sur le plancher avec Gilles et son équipe qu’au bureau d’études avec Maxime Paul et Ronan Floch est très positif. Il y a eu beaucoup d’échanges, j’avais quelques demandes spécifiques pour le Code 0 et l’A3 mais ensuite, je les ai laissé faire leur métier ! », Aymeric Chappellier, skipper du Cass40 Aïna, Enfance et Avenir.

Un pôle course au large
Un pôle course au large est en place au sein de la voilerie Incidence, avec des interlocuteurs dédiés : Julien Gresset, basé à Lorient, au cœur de la « Sailing Valley », César Dohy, établi à La Rochelle et Sylvain Chtounder à Toulon.
Deux dessinateurs sont spécialisés dans la conception des voiles de course : Ronan Floch et Maxime Paul, ex-membre de l’Équipe de France pour les Jeux Olympiques 2012.
Ils œuvrent respectivement au sein des bureaux d’études de Brest et La Rochelle, et collaborent très régulièrement ensemble.
Charlie Pinot, plus spécialisé en Mini et en IRC a notamment travaillé à la conception de l’aile du révolutionnaire Mini Arkema.
Enfin, même s’il n’est pas en contact direct avec les coureurs, Pierre-Antoine Morvan, responsable développement des membranes chez Incidence Technologies et virtuose de Match Race fait partie des précieuses ressources du pôle course au large d’Incidence Sails.

__________________________________________

 

Paroles de skippers

Paul Meilhat, skipper de l’IMOCA60 SMA
« Au retour du Vendée Globe, nous avions commandé un J2 et un J3 avec une nouvelle triangulation et plus de surface pour une utilisation au reaching. Nous sommes vraiment très contents ! Cela correspond vraiment à ce que l’on cherchait et répond parfaitement à nos attentes.
À part le gennaker et le spi, toutes nos voiles sont en DFI : le J1 du Vendée Globe, la grand-voile de 2016 également, et les J2 et J3 de cette année.
La grand-voile, utilisée notamment sur The Transat (dans des conditions musclées) et sur plusieurs autres navigations, n’a pas bougé, même constat pour le J1 qui lui a fait le Vendée Globe. C’est très positif.
La prochaine étape sera un travail sur les voiles de portant : elles seront en DF Radial, matériau testé par Éric Bellion sur le Vendée Globe. »

Lalou Roucayrol, skipper du Multi 50 Arkema, full Incidence, premier bateau de course à avoir été équipé de voiles en DFi.
« Nous avons fait faire un nouveau gennaker en DF panneau : ce n’est pas différent, c’est carrément un autre monde par rapport à ce que l’on avait avant ! Notre ancien gennaker en kevlar devait faire 80 kg, là on est maximum à 60 kg… Il est aussi beaucoup plus plat, il ne se déforme pas, la risée se transforme immédiatement en accélération. Il est très facile à manipuler, il n’y a plus ce problème de raideur qu’il y avait avec les premières voiles en DFi.
J’ai un J1 depuis trois saisons, c’était les tous débuts du DFi : la forme n’a pas bougé, c’est assez impressionnant. La grand-voile a deux saisons à son actif. Là encore, la tenue de forme est quasi parfaite, il y a un petit peu d’allongement, mais rien de significatif. Le prochain jeu de voile sera donc bien sûr en DFi et en DF Panneau. Les voiles seront encore moins lourdes et sans doute plus plates.
Les principaux atouts d’Incidence c’est la proximité et le dialogue avec tout le monde (commerciaux et bureau d’études) : il y a de l’écoute, de l’échange. C’est une voilerie à échelle humaine.
Tout le monde s’y retrouve : nous, coureurs, avec des voiles performantes que l’ont peut faire évoluer et la voilerie avec les retours d’expérience que nous pouvons apporter.
Nous avons fait un gros débriefing très intéressant l’hiver dernier : nous étions les premiers à avoir des voiles en DFi, c’est un retour d’expérience précieux. »


Aymeric Chappellier, skipper du Class40 Aïna enfance et avenir, entièrement équipé de voiles Incidence, voiles plates en DFi.
« Les voiles sont belles ! Le bateau va vite, je suis vraiment très content. Si c’était à refaire, je recommencerais les yeux fermés ! »

__________________________________________

 

Incidence Sails sur la Transat Jacques Vabre  

Class40
Aymeric Chappellier (Aïna, Enfance et Avenir) : full Incidence
Phil Sharp (Imerys) : spi A2

Multi 50
Lalou Roucayrol (Arkema) : full Incidence
Erwan Le Roux (FenêtréA – Mix Buffet) : J2 en DFi (2016)
Thierry Bouchard (Ciela Village) : full Incidence
Armel Tripon (Réauté Chocolat) : full (sauf code 0 et J3)
Gilles Lamiré (Rennes Métropole) : full Incidence

Imoca
Manuel Cousin (La Mie Câline) : full Incidence
Morgan Lagravière (Des voiles et vous) : voiles d’avant plates en DFi (2016)
Paul Meilhat (SMA) : full sauf spi
Yoann Richomme (Vivo a Beira) : full Incidence

Ultime
Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) : full Incidence